Tendances du secteur : analyse du marché en évolution des véhicules zéro émission au Canada

Posted by Meg Bernazzani on juin 25, 2019

Chez CarGurus, nous cherchons constamment des moyens de faire part des tendances du secteur à nos concessionnaires. Aujourd’hui, George Augustaitis, directeur du secteur automobile et de l’analyse économique, fait le point sur les véhicules zéro émission au Canada.

La Chevrolet Bolt et la Nissan Leaf sont en voie de dominer le marché canadien des véhicules électriques

La Bolt de Chevrolet et la Leaf de Nissan sont admissibles au nouveau crédit d’impôt pour l’achat de véhicules zéro émission au Canada. Ces deux modèles fabriqués aux États-Unis affichent des stocks suffisants pour répondre à la demande sur plus de 100 jours. En avril 2019, les stocks de Bolt équivalaient à 191 jours et ceux de la Leaf atteignaient 128 jours. Le marché américain étant amplement approvisionné, les deux constructeurs peuvent se permettre d’approvisionner davantage le marché canadien pour répondre à la demande engendrée par le programme incitatif fédéral. Cette situation permettra aux constructeurs d’agir rapidement de façon à profiter de la demande initiale suscitée par le programme incitatif à l’achat de véhicules zéro émission.

En 2018, il a été signalé que la liste d’attente pour acheter une Chevrolet Bolt était de plus d’un an au Canada. General Motors avait réagi en approvisionnant davantage le marché canadien. La décision avait d’ailleurs entraîné un rebond de l’indice de stocks de CarGurus en 2018, bien avant l’annonce du programme fédéral d’incitation à l’achat d’un véhicule zéro émission.

ZEV-graphique

Nous prévoyons que les ventes de véhicules électriques (VE) demeureront soutenues au Québec et en Colombie-Britannique grâce au nouveau programme fédéral. Les stocks de Bolt sont suffisants dans les deux provinces pour tirer parti du programme, d’autant plus que General Motors est parvenu à réduire la liste d’attente au cours des six derniers mois. C’est sans compter que la proportion des VE dans l’ensemble des stocks d’automobiles a considérablement augmenté au Québec et en Colombie-Britannique.  Dans ce contexte, les stocks devraient largement suffire à répondre à la demande initiale dans ces deux provinces.

Il est également probable que Nissan va commencer à augmenter ses stocks de Leaf au Canada pour répondre à la demande initiale des consommateurs souhaitant profiter des incitatifs fédéraux. Le personnel de Nissan connaît bien ces types de programmes et sait battre le fer quand il est chaud. Par exemple, Atlanta est l’un des plus marchés les plus importants de Nissan aux États-Unis pour ce qui est des VE, et c’est dû en grande partie au programme de la Géorgie qui soutient les ventes de VE.

Les recherches effectuées sur le Web au Canada génèrent également un trafic qui favorise la Nissan Leaf. En effet, sur CarGurus la Nissan Leaf a généré trois à quatre fois plus de recherches que la Chevrolet Bolt en 2019.

Par ailleurs, plusieurs paramètres annoncent une forte croissance des ventes de ces deux véhicules au Canada en 2019 :

  • La production en sol américain et les stocks élevés aux États-Unis permettent de renforcer l’inventaire au Canada et d’effectuer des livraisons rapides
  • Les deux véhicules sont admissibles aux incitatifs fédéraux et provinciaux :
    • La Nissan Leaf et la Chevrolet Bolt réalisent même un triplé en Colombie-Britannique, car elles sont admissibles aux programmes provinciaux Scrap-it et CEVforBC, et aux incitatifs fédéraux pour l’achat de véhicules zéro émission
    • Les deux modèles donnent aussi droit aux rabais sur les véhicules zéro émission offerts par le gouvernement du Québec
  • Les stocks de Chevrolet Bolt sont déjà suffisants au Canada pour répondre à la demande initiale
  • La Nissan Leaf est le véhicule le plus recherché sur CarGurus, ce qui suggère un intérêt accru de la part des consommateurs

Ces deux modèles réunissent tous les facteurs favorisant de bonnes ventes de véhicules électriques, soit l’intérêt, les stocks, les rabais et incitatifs, et la faiblesse des stocks des concurrents. Cela laisse penser qu’ils pourraient être les premiers à profiter de la demande au Canada.

Le réseau de bornes de recharge publiques peut-il soutenir une augmentation du nombre de véhicules électriques?

Alors que le Québec et la Colombie-Britannique offriront des incitatifs qui s’ajouteront au programme fédéral, et qu’elles devraient connaître la plus forte croissance du nombre de véhicules électriques au pays, une question vient à l’esprit : le réseau de bornes de recharge sera-t-il capable d’alimenter tous ces véhicules?

Selon le site Web du ministère des Ressources naturelles, le Canada compte 4 342 stations publiques, pour 9 505 prises de recharge.

Ces chiffres démontrent que le pays dispose d’une infrastructure de recharge raisonnablement suffisante pour alimenter le parc de véhicules actuel. Toutefois, lorsque la demande et les ventes s’emballeront à la faveur du nouveau programme fédéral, le nombre de VE sur les routes commencera à dépasser les capacités du réseau de bornes de recharge publiques.

2017-2018
Ventes de VE
Nombre de
stations publiques
Véhicules
par station publique
Nombre de prises
de recharge publiques
Véhicules
par prise de recharge
C.-B. 11 778,00 845,00 13,94 1 834,00 6,42
ON 24 873,00 1 181,00 21,06 3 220,00 7,72
QC 25 273,00 1 837,00 13,76 3 623,00 6,98

Il est probable que de nombreux acheteurs installeront des bornes de recharge privées, mais les électromobilistes moins nantis, qui peuvent se permettre un VE seulement grâce aux programmes gouvernementaux, pourraient dépendre uniquement du réseau de bornes de recharge publiques dans un horizon à court terme. Voilà pourquoi il faut absolument que le réseau de bornes de recharge publiques suive la croissance des ventes. Il n’a pas à suivre exactement la même courbe de croissance, mais au moins à maintenir une cadence suffisante pour desservir tous les électromobilistes.

Topics: tendances de l'industrie